Améliorer la qualité de la pratique sage-femme en Afrique de l’Ouest et du Centre, une mission confiée au Centre d’Excellence régionale sur le Mentorat de Nouakchott

Quarante participants venus de pays sous-couverts du Bureau régional du Fonds des Nations Unies pour la Population en Afrique de l’Ouest et du Centre (UNFPA WCARO) ont validé, aux termes d’une rencontre à Nouakchott du 14 au 18 octobre 2019, les trois documents pédagogiques clés sur le Mentorat clinique des sages-femmes. Il s’agit du manuel de référence, du guide du formateur et du manuel de l’apprenant. Cette étape franchie, l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de la Santé de Nouakchott (EN3S), sélectionnée pour abriter le Centre  Régional d’Excellence en Mentorat, attend ses premiers élèves de formateurs au cours du premier trimestre 2020.

Les participants en visite à l’EN3S de Nouakchott (Crédit Aidara)

Après cinq jours de travaux, du 14 au 18 octobre 2019, une quarantaine d’experts venus du Mali, du Niger, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Togo, du Tchad et de la Mauritanie, ont validé les documents pédagogiques du Mentorat clinique des sages-femmes. Il s’agit du manuel de référence, du guide du formateur et du manuel de l’apprenant, objets d’un draft élaboré par des consultants recrutés par l’UNFPA WCARO,  dont le Pr. Cheikh Tijane Cissé du Sénégal et Dr. Sangaré Mariam du Mali.

Ces documents ont été retravaillés et amendés par un pool d’experts triés sur le volet, à l’image du Pr. René Perrin du Bénin, président de la Fédération africaine des gynéco-obstétriciens (FAGO), Pr. Namory Keïta de la Guinée, président de la Société africaine des gynéco-obstétricien (SAGO), Pr. Blami Dao du Burkina, représentant le Programme International John Hopkins d’Education en gynéco-obstétrique, D’Almeida Héloïse Adjowa du Togo, présidente de la Fédération des Associations de Sages-femmes d’Afrique Francophone, plusieurs présidents d’associations nationales de sages-femmes et de gynéco, des représentants du ministère de la Santé des pays participants, des responsables d’Ecoles et d’Instituts de formation en santé publique, des partenaires internationaux comme l’Organisation Ouest-africaine de la Santé (00AS), la Confédération Internationale des Sages-femmes (ICM), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Travaux de groupe sur les documents du Mentorat (Crédit Aidara)

Cet atelier a été organisé, sur financement du Projet SWEDD (Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel), par le Bureau Régional UNFPA WCARO, représenté à l’occasion par Dr. Sosthène Dougrou, expert en politique et programme de santé, spécialiste en renforcement des systèmes de santé.

Du Mentorat clinique des sages-femmes

Le Mentorat clinique des sages-femmes est une nouvelle approche initiée depuis quelques années par plusieurs pays, dont le Bénin, le Burkina Faso, Madagascar, Côte d’Ivoire, Niger, Sénégal, entre autres, pour  rabaisser les taux alarmants des décès maternels et néonataux, en ciblant les sages-femmes. L’objectif est de faire encadrer sur le terrain des sages-femmes par d’autres plus anciennes et plus expérimentées. Ces dernières veillent à renforcer les compétences, le savoir-faire et le sens de la responsabilité chez leurs collègues plus jeunes, afin de mettre un terme aux décès maternels et néonatals évitables.

Sur la base des sommes d’expériences sur le Mentorat dans ces pays qui ont donné des résultats encourageants, l’UNFPA WCARO, a diligenté des missions d’évaluation et de documentation au Bénin, au Burkina Faso et à Madagascar, afin d’analyser les processus de mise en œuvre des programmes de Mentorat dans ces pays, de relever les obstacles et défis, les points forts et les points faibles, mesurer les performances des différents programme, l’implication des acteurs et évaluer les mécanismes de pérennisation.

Une partie du manuel de référence (Crédit Aidara)

Aux termes de ces missions et sur la base des rapports des consultants, un Référentiel du Mentorat Clinique des Sages-femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre a été élaboré, puis discuté au cours d’un atelier de restitution en mars 2018 à Abidjan.

Ce sont ces trois outils pédagogiques qui ont fait l’objet de l’atelier de validation qui vient de s’achever à Nouakchott. Désormais, la région Ouest-africaine et du Centre dispose de documents harmonisés devant servir de supports pour la formation de la première promotion de formateurs de Mentors, à l’EN3S de Nouakchott, retenu comme Centre régional de référence de formation des Mentors.

Nouakchott est fin prêt

Au cours de leur séjour à Nouakchott, les participants ont visité l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de la Santé. Ils ont été accueillis par la Directrice, Dr. Zeynabou Haidi Haimoud. L’état des infrastructures construites avec l’appui de la Coopération japonaise, les ateliers de travaux pratiques dotés d’équipements dernière génération propres aux simulations anatomiques, accouchements, réanimation du nouveau-né, pratiques médicales diverses, laboratoires, ont émerveillé les visiteurs.

Les participants à leur arrivée à l’EN3S (Crédit Aidara)

«C’est édifiant ! Les cours pour l’amélioration de la qualité des soins, surtout le partage des expériences avec les pays qui ont déjà expérimenté le Mentorat, et cette visite à l’Ecole Supérieure de Santé de la Mauritanie qui est bien équipée et qui peut beaucoup servir dans la formation des mentors !» a déclaré Ghislaine Prudence Pulchere Gbaguidi, du Ministère de la Santé du Bénin à l’issue de la visite.

L’école dispose en plus d’annexes qui, avec quelques réaménagements prévus incessamment, pourra offrir un espace d’apprentissage et de séjour appropriés, avec des salles de cours, des chambres-dortoirs pour les futurs élèves mentors et leurs professeurs, un réfectoire, une bibliothèque, une salle informatique aux équipements déjà disponibles, une salle de détente, une cuisine, entre autres commodités.

Dans une des salles de travaux pratiques (Crédit Aidara)

Selon Dr. Zeynabou Haidi Haimoud, directrice de l’EN3S de Nouakchott, «cet atelier est pertinent pour la Mauritanie et pour l’ensemble de la région ouest-africaine et du centre dans la mesure où il offre définitivement des outils pédagogiques validés et harmonisés pour le Mentorat des sages-femmes, ce qui va accélérer la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale dont les taux dans nos pays sont les plus élevés au monde».

L’hôpital Cheikh Zayed a été le deuxième site visité par les participants. Ils ont été reçus par le Chef du service gynéco-obstétrique, Dr. Ahmed Ould Zeine, président de l’Association des Gynéco-obstétriciens de Mauritanie. Il a conduit ses hôtes à la maternité, le bloc opératoire, la salle d’hospitalisation, la salle d’accouchement, la salle d’urgence, la salle réveil, la salle de consultation externe et la nouvelle maternité, construite dans une aile de l’hôpital et qui selon lui, sera fonctionnelle en janvier 2020.  «Le service est composé de 5 médecins, dont 3 officiels et deux contractuels plus trois résidents, 29 sages-femmes et 12 infirmières pour environ 6.000 accouchements par an» a-t-il déclaré.

Dr. Zeine (en blouse blanche) accueillant les visiteurs (Crédit Aidara)

A noter que l’ouverture officielle de l’atelier de Nouakchott sur le Mentorat a été marquée par le discours prononcé par le Ministre de la Santé, Dr. Mohamed Nezhirou Hamed. Il a mis l’accent sur l’intérêt que porte la Mauritanie sur la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale et les mesures prises pour améliorer la qualité des soins par une motivation incitative et une répartition judicieuse du personnel de santé, notamment les sages-femmes, assignées désormais dès leur sortie de l’école à servir pendant plus de trois ans en périphérie avant de pouvoir exercer à Nouakchott.

A la clôture de l’atelier présidé par le Secrétaire général du Ministère de la Santé, Dr. Cheikh Baye M’Khaitrat, des attestations ont été délivrées aux participants, sous les clapets «Moussoba Moussaba ! Tieba Tieba !» et dans une ambiance joviale électrique.

Cheikh Aïdara

TEMOIGNAGES

Dr. Sosthen Dougrou, expert en politique et programme de santé, spécialiste en renforcement des systèmes de santé, UNFPA WCARO

«L’atelier régional qui nous réunit aujourd’hui à Nouakchott est la réunion finale pour la validation des outils pédagogiques de formation sur le Mentorat clinique des sages-femmes. Il a été précédé d’une étude sur l’expérience du Mentorat dans d’autres pays qui l’avaient adopté comme stratégie d’amélioration de la qualité des soins de santé sexuelle et reproductive. Suite à la mission du Directeur de l’UNFPA WCARO, M.Mabingué Ngom en Mauritanie en 2018, et suite à la visite qu’il a effectué à l’EN3S de Nouakchott, il a instruit le Bureau Régional d’envisager la possibilité de faire de cette école, le Centre d’Excellence de formation des Mentors dans la région Afrique de l’Ouest et du Centre. Il a été procédé à l’évaluation du nouveau centre, et un plan de renforcement de capacité de cette institution a été élaboré, afin de la rendre apte à dispenser les enseignements du Mentorat. Donc, le volet technique avance, surtout le volet pédagogique. Les documents clés de formation sur le Mentorat étant aujourd’hui validés, il faut élaborer un document stratégique  de mise en œuvre du Mentorat. Mais comme qui dit formation de Mentorat, parle de formations de formateurs, ce groupe devra être formé en premier lieu et c’est lui qui va dispenser les formations. Puisque l’EN3S de Nouakchott devient maintenant une structure internationale qui devra accueillir des étudiants de la sous-région, il nous faut un collège de formateurs qui reflète l’ensemble des expériences dans notre région »

Dr. Ahmed El Kory Boutou, responsable Santé de la Reproduction, Bureau UNFPA Mauritanie

«Le projet dont il est question aujourd’hui porte sur la formation Mentorat des sages-femmes. L’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de la Santé de Nouakchott (EN3S) va devenir un Pôle sous-régional d’excellence en matière de Mentorat. Le Mentorat est une approche qui a démontré son efficacité dans certains pays qui l’ont déjà expérimenté. Comparativement à plusieurs autres approches qui ont été testés, elle est moins coûteuse et plus efficace en termes de résultats surtout en période périnatale. Cette école qui va abriter le centre de formation en mentorat sera surtout appuyé par l’UNFPA WCARO en collaboration avec le Bureau Pays, mais bien sûr avec d’autres partenaires qui travaillent dans le même domaine».

Pr. Namory Keita, gynécologue-obstétricien, président SAGO

«Satisfaction d’ abord d’être à Nouakchott pour participer à cette importante réunion sur le mentorat des sages femmes. Il s’agit d’une activité importante de santé publique. Comme vous l’avez constaté, nous avons fait le point sur la morbidité et la mortalité maternelle et néonatale dans nos pays et leur taux très élevé. Or, l’objectif est de faire en sorte que nous puissions atteindre les ODD. Pour cela, il faut plusieurs processus qui, mis ensemble, nous permettront d’influer sur ces différents ratios alarmants dans notre région. Ici, nous avons travaillé sur trois documents très importants qui nous permettront chaque fois que besoin sera de poser le diagnostic des difficultés qu’ont les sages femmes ou le personnel de santé s’occupant des accouchements et exerçant en périphérie, de diagnostiquer les problèmes rencontrés et de pouvoir se référer à des structures de santé de niveau plus élevé afin qu’elles puissent partager leur expérience et améliorer la qualité des services dispensés afin qu’aucune femme ni aucun nouveau-né ne meurt plus de mort évitable».

Héloïse D’Almeida, présidente de la Fédération des Associations des Sages-femmes d’Afrique Francophone (FASFAF)

«Nous sommes ici dans le cadre de la validation des documents sur le Mentorat clinique des sages femmes. C’est avec une note de satisfaction que nous terminons cet atelier parce que les participants étaient engagés pour la cause, car il s’agit de réduire  la mortalité maternelle néonatale et infantile. Eu égard au constat que les prestataires sages-femmes sortent de leur formation initiale avec des gaps à combler, le Mentorat est la solution la plus stratégique pour venir à bout de ces lacunes et renforcer l’offre de services de qualité en vue de la réduction du taux de mortalité maternelle néonatale et infantile. Les outils qu’offre le Mentorat permettront à ces pays d’atteindre cet objectif».

Mme Dicko Fatima Maiga, membre du Conseil d’Administration de la Confédération Internationale des Sages-femmes, représentante les pays francophones d’Afrique

«J’ai participé à cet atelier sur invitation de l’UNFPA. Avant même d’être ici à Nouakchott, j’ai travaillé sur l’ensemble des documents pédagogiques sur le Mentorat, ce qui m’a donné davantage goût à  participer à la validation de ces documents, vu le taux élevé de la mortalité maternelle et néonatale dans notre région. Ce qui me pousse à croire que si on met en place un outil qui va permettre de réduire ces taux, je ne peux que m’en réjouir. J’ai été très réconforté par le déroulement des travaux de groupe, car j’ai vu des participants qui ont mouillé le maillot. Chacun était mû par une saine détermination et un engagement à ne sortir de l’atelier qu’avec des documents bien élaborés et consensuels. J’en profite pour féliciter les deux consultants qui ont été à la hauteur car ils nous ont présenté des documents déjà bien ficelés au départ, ce qui nous a considérablement facilité la tâche. Je suis très optimiste pour la suite, notamment la mise en pratique des documents du Mentorat dans les différents pays, mais surtout au niveau du centre de référence de Nouakchott. Pour moi, ce choix d’un centre régional pour le Mentorat permettra d’harmoniser les pratiques et favoriser les échanges d’expériences»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here