23ème journée Super D 1 : l’arbitrage maison menace le football mauritanien

La déception est perceptible chez les dirigeants de la majeur partie des clubs en Mauritanie, en particulier ceux de la Première Division, eu égard à l’injustice créée par l’arbitrage maison qui a pris de l’ampleur avec cette fin de championnat plein d’enjeux. A quoi entretenir des clubs, recruter des joueurs, dépenser des millions d’ouguiyas, déployer tant d’efforts pour bâtir des équipes à la hauteur d’un championnat qu’on cherche à rendre performant, si un coup de sifflet d’un arbitre acheté, soudoyé ou partisan, peut détruire en une fraction de seconde, tant d’énergie et d’espoir.

MBaye Sarr arbitre systématiquement tous les matchs
où l’enjeu est important pour FC Nouadhibou

Cette pratique que l’on cherche à bannir de nos stades est apparue dans toute sa vilénie en cette 23ème journée de la Super D1 dans le classico qui a opposé samedi 13 avril 2019 au Stade municipal de Nouadhibou l’équipe locale à FC Tevragh-Zeina et qui s’est soldé par une victoire de 2 buts à 1 en faveur des locaux, gracieusement offerte par l’arbitre central, MBaye Sarr, connu pour être l’arbitre attitré de FC Nouadhibou, celui qui est systématiquement désigné chaque fois que le club du président de la Fédération mauritanienne de football dispute un match capital.

En effet, MBaye Sarr, est aujourd’hui au cœur d’un tourbillon de critiques. Pourtant, il n’en est pas à une expérience de près, lui qui a déjà fait l’objet d’une suspension de deux mois dans le passé.

Pour ce match décisif face à FC Tevragh-Zeina, FC Nouadhibou se devait de mettre toutes les chances, et plus encore, de son côté. Un arbitre partial qui pourrait assurer une victoire précieuse pour se mettre à l’abri de toute mauvaise surprise était nécessaire. Pour cela, MBaye Sarr a été choisi, par une fédération qui détient les rennes du football. Il était dès lors dérisoire que FC Tevragh-Zeine fasse un résultat à Nouadhibou. Car au-delà des règles du jeu, d’autres non écrites ont été déployées pour écrire la fin du match avant même qu’il ne commence. Et le résultat fut à la mesure des attentes. Un match mené du bout du sifflet là où il devait se terminer. Une victoire du FC Nouadhibou par 2 buts à 1, avec un pénalty complaisamment offert aux locaux, un autre allègrement refusé à FC Tevragh-Zeina pour que le scénario soit bien huilé.

C’est ainsi un sentiment d’injustice extrême qui a gagné les joueurs, les supporters et les dirigeants de FC Tevragh-Zeina, à la sortie de ce match comptant pour la 23ème journée du championnat de la Super D1. En fait, comment s’attendre à ce qu’un arbitre décrit plus haut, qui plus est descend chaque fois qu’il débarque à Nouadhibou chez Mamadou Wade, joueur de FC Nouadhibou, puisse être partial ? Comment ne pas satisfaire une fédération qui mène une guerre déloyale à un club contre qui son président est à couteaux tirés ? En plus, MBaye Sarr est un fervent du FC Nouadhibou, selon de nombreux témoignages. Ce sentiment s’ajoute à son allégeance quasi divine à la Fédération mauritanienne de football, dont certains segments sont passés maîtres dans la manipulation des matchs.  Cet arbitre a été d’ailleurs aux manettes dans toutes les confrontations d’envergure auxquelles FC Nouadhibou étaient affrontées. Est-ce une pure coïncidence ?

Ainsi, le match FC Nouadhibou-FC Tevrahh-Zeina ramène de nouveau le problème de la corruption qui gangrène l’arbitrage en Mauritanie, sous le haut patronage de la Fédération et de la Commission des arbitres. Cette corruption qui est le plus grand ennemi du football national. Elle a brisé des carrières et continue d’en briser. Au sortir du match du samedi, beaucoup de joueurs de FC Tevragh-Zeine, qui en ont pourtant vu des injustices durant la saison actuelle, risquent de suspendre leurs crampons, car le football qui est fait de fair-play, de mérite et d’honneur, a perdu de sa substance. En effet, toutes les valeurs qui fondent le football à travers le monde ont déserté les stades de la Mauritanie. Les clubs qui sont le pilier du football national, dépensent en effet énormément d’argent pour offrir un avenir aux jeunes mauritaniens et permettre l’émergence d’équipes nationales performantes. Or, tous leurs efforts ne peuvent être couronnés de succès sans une fédération honnête et sans des arbitres non corrompus. Il est extrêmement difficile en effet qu’un club dépense des fortunes pour recruter des joueurs à qui on exige de se tuer à l’oeuvre, puis voir tous ses efforts anéantis en un instant par un arbitre marron, par un coup de sifflet injuste et inique.

Dommage qu’un jeune arbitre comme MBaye Sarr puisse compromettre son avenir pour si peu. Pourquoi ? Pour offrir un championnat non mérité à un club porté sur les bras par une Fédération qui le protège et le chouchoute, lui offrant comme palier, des ascenseurs d’injustices ?

Ce qui est sûr, c’est que le milieu sportif de Nouadhibou, même certains supporters de FC Nouadhibou ont été écœurés à la sortie du match par le déroulé de la rencontre et les injustices subies par l’équipe de Moussa Ould Khaïry, l’homme à abattre de la Fédération, depuis qu’il a mis ses fonctions de Vice-président de la fédération aux vestiaires, suite à l’affaire bien connue du joueur Sahraoui et son différend avec  l’AS Garde lors du championnat de 2017.

Face à ces recrudescences d’injustice dont il est victime depuis le début de la saison 2018-2019, il n’est pas à écarter que le FC Tevragh-Zeina se retire de la compétition, jusqu’à ce que la Mauritanie se dote de structures de football fiables et non corrompues. Ce qui serait dommage pour le football national.

D’ailleurs, FC Tevragh-Zeine n’est pas la seule équipe à avoir subi les affres d’un tel type d’arbitrage. La rencontre entre la Kédia et l’ASAC Concorde à Zouerate a été également, selon plusieurs témoignages, entaché d’irrégularités, du fait d’un arbitre qui n’a pas été tout simplement à la hauteur. Plusieurs matchs du championnat l’ont également été ainsi. Aujourd’hui, la grogne est quasi générale.

Cheikh Aïdara

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here